Salut,
Je suis Lucas, mais quelle importance puisque je pourrais tout aussi bien être vous.
A travers ce site il est question de l’essentiel, le besoin de profiter de qui on est, l’envie de s’en évader en se laissant transporter dans les histoires et les aventures, replonger dans celles qui nous ont retournés la tête et le cœur. Sans oublier celles qui cherchent à exister.
Si vous êtes curieux, posez-vous deux minutes. Je vous présenterais Les Chevaux Sauvages.
A très vite, la porte reste toujours ouverte.
Lucas
En savoir plus…
Les Chevaux Sauvages

Depuis un drame familial qui remonte à l’enfance, Axel reste enchainé à sa rancœur et à un sentiment de culpabilité qui étouffent sa rage de vivre. Il traverse la vie comme un funambule, entre addictions, errances illusoires et quêtes affectives inabouties.

Cependant, sa rencontre insolite avec Chloé l’aide à reprendre un peu confiance en lui. Puis, lorsque par son intermédiaire il fait la connaissance de Quentin, Axel a enfin l’impression d’exister. Pourtant, chaque fois qu’il est sur le point de se révéler, il est vite rattrapé par ses doutes.

Amitiés troublantes, attirances contrariées, Axel devra trouver l’équilibre après lequel il court depuis toujours, s’il ne veut pas replonger avec ses fantômes.

ACQUÉRIR

Les romans qui m’ont marqué

Ce sont des histoires puissantes, touchantes ou dérangeantes qui mettent en lumière nos fragilités quand il s’agit de trouver sa place dans la brutalité de son environnement social.
On devine la même envie de s’arracher au conformisme, de cisailler les barbelés qui nous séparent de nos rêves et de cette liberté qui paraît parfois insaisissable.

Les Nuits Fauves : Sombre, écorché, les amours impossibles, les défis du sexe. Se laisser hypnotiser pas la flamme de l’allumette qui va nous brûler.
« J’avais conscience de m’enfoncer chaque jour un peu plus dans une tombe que je me creusais, une fosse aux parois de verre ou de boue qui me dérobait au monde. »

La Route Sauvage : Les fêlures de l’adolescence, le courage de tout lâcher pour partir à l’aventure, la découverte de la vie à un âge où on est tellement vulnérable.
« Del a été méchant avec moi. Il m’a dit que je ne serais jamais qu’un bon à rien, que tout ce que j’arriverais jamais à faire, ce serait cuistot dans un fast-food. Il a dit que j’étais aussi inutile qu’un bloc de béton contre lequel les gens viennent pisser. Il me répétait tout le temps des trucs comme ça. »

Leurs Enfants après eux : L’injustice d’une société qui sacrifie sa jeunesse en lui refermant lâchement la porte de l’espoir dans la gueule.
« Dans chaque ville que portait ce monde désindustrialisé et univoque, dans chaque bled déchu, des mômes sans rêve écoutaient maintenant ce groupe de Seattle qui s’appelait Nirvana. Ils se laissaient pousser les cheveux et tâchaient de transformer leur vague à l’âme en colère, leur déprime en décibels. Le paradis était perdu pour de bon, la révolution n’aurait pas lieu. »

Arrête avec tes mensonges : Les sentiments clandestins, la rage de ressentir les interdits et de redouter les sentences.
« Je découvre la morsure de l’attente. Parce qu’il y a ce refus de s’avouer vaincu, de croire que c’est sans lendemain, que ça ne se reproduira pas. Je me persuade qu’il accomplira un geste dans ma direction, que c’est impossible autrement, que la mémoire des corps emmêlés vaincra sa résistance. Je me dis que ce n’était pas seulement une histoire de corps, mais de nécessité. Qu’on ne lutte pas contre la nécessité. Ou, si on lutte, elle finit par avoir raison de nous. »